Présentation de Vala

Publié le dans « Informatique ». Mots-clefs : Libre, Programmation

J’ai découvert une présentation du langage dans GLMF n°127 qui l’utilisait pour se brancher sur le pare-feu. Cela ayant aiguisé ma curiosité, j’ai cherché à en savoir davantage sur le langage. Le langage C m’a toujours paru difficile à aborder. Non pas au niveau de sa syntaxe, mais au sujet de l’accès à sa documentation et aux librairies disponibles. Pour moi qui suis habitué à Java ou à Python, j’ai regardé Vala comme un moyen de mettre un pied dans le C. Je vais essayer de présenter ma manière de le voir, après avoir fait une petite plongée dedans…

Présentation

Le langage Vala a été créé par les développeurs de Gnome pour qu’ils puissent disposer d’un langage de haut niveau. Gnome ayant eu pendant quelque temps un pied (dansant) dans mono, Vala en est très inspiré. (Je ne connais pas mono et ne peux donc pas lancer de comparatif, je vous renvoie donc à celui présenté par Gnome par rapport à C#, et pour Java). Le langage est ensuite compilé en C, et GCC est utilisé pour la compilation d’un exécutable. On est donc dans un langage intermédiaire, qui reste très proche du C comme nous allons le voir par la suite.

Analyse

Langage objet haut niveau

Vala est tout d’abord un langage haut niveau: on y retrouve des interface (pour pouvoir moduler le code facilement), des delegate (qui permettent de définir un type de fonction pour un callback), une gestion événementielle (gérer le déclenchement de plusieurs méthodes dans le code par un appel unique) … On dispose donc d’un langage objet assez riche pour éviter d’avoir à passer du temps sur des détails et se concentrer sur le programme et son déroulement. Il est pensé objet et l’on retrouve vite ses marques, tout comme l’on sent qu’il est assez facile d’«abstraire» le code pour faire une application qui n’en reste pas un simple script… Je n’ai pas envie de détailler la syntaxe du langage et tout ce qu’il intègre car vous pourrez trouver tout cela en ligne. Je vous renvoie au tutoriel qui explique la structure du langage en détail, qui présentent des exemples détaillés.

La GLib

Le langage est basé sur la GLib, la librairie standard utilisé dans les applications GTK. La plupart des types primitifs (int …) sont donc en réalités des types issus de cette librairie (gint …). On accède ainsi à l’ensemble des méthodes de la GLib, diffusées sous formes de classes objets et bien documentées (la valadoc). Cela rejoint l’histoire de Vala puisque La GLib est tout utilisée par les développeurs Gnome (on constate d’ailleurs que la plupart des composants Gnome ont une entrée dans cette Valadoc). Il ne faut cependant pas croire que l’on dispose avec cette bibliothèque standard d’un ensemble de routines aussi riche que dans le package standard d’un Java ou d’un Python: la GLib est avant tout destinée à des développeurs C, et beaucoup des méthodes standard du C ne sont pas disponibles. Pour parer cela, Vala propose une classe POSIX[LIEN] proposant les méthodes standard du C, mais celle-ci n’est pas exhaustive et il nous arrive souvent de tomber sur une fonction qui ne nous est pas accessible via le langage haut niveau qu’est Vala.

Les Bindings

Pour répondre à cela, propose la possibilité de mettre en place un binding vers une libraire C de manière native. (Normal me direz-vous, le code en sortie de Vala est du C!) On peut donc très facilement utiliser n’importe quelle libraire existante. Vala étant un langage objet, il devient donc possible d’utiliser les librairies standard au sein d’un code objet de haut niveau. Cela ne demande que quelques lignes, demandant au minimum le fichier dans lequel se trouve la définition de la méthode, et sa signature. Exemple du binding définissant la méthode execl (issue du fichier /usr/share/vala/vapi/posix.vapi) :

[CCode (cheader_filename = "unistd.h")]
public int execl (string path, params string[] arg);

et voici la signature de la méthode C correspondante:

extern int execl (__const char *__path, __const char *__arg, ...) __THROW __nonnull ((1));

Les types primitifs de la GLib étant basés sur les types primitifs C correspondants, il n’y a pas de problème de cast dans la plupart de cas. Toutefois, Vala utilise des char* pour définir ses string: il est parfois nécessaire de mettre en place faire un cast quand une méthode nous un char[] : même dans le code haut niveau, le C n’est jamais loin… C’est souvent frustrant de devoir mettre en place un binding pour une fonction disponible en standard dans la libc. Je pense qu’il manque la possibilité d’inclure directement du code C dans le code vala, tout comme il est possible directement de l’assembleur dans du C. Cela permettrait un confort dans l’utilisation qui n’est pas disponible actuellement. À noter qu’un outil permet de mettre en place ces bindings pour les composants basés sur GObjet (Gnome toujours…). De plus de nombreux bindings sont disponibles pour les composants Gnome. Attention, cela n’empêchera pas d’avoir à installer les headers C correspondants!

Les profils

Il est possible d’utiliser des profils de compilation. Cette option encore expérimentale a été mise en place pour répondre à des réclamations de la part des utilisateurs qui voulaient programmer en Vala sans avoir de dépendances envers la GLib. Ainsi, il est possible d’appeler le compilateur avec la syntaxe suivante:

$ valac --profile posix

ce qui a pour conséquence de réduire le jeu de bibliothèque par défaut à celles disponibles dans la classe POSIX. Cela permet de limiter les dépendances du programmes, mais beaucoup de types standard de Vala deviennent de ce fait indisponible; on sent bien que le langage n’a pas été pensé pour ça.

Conclusion

Pour résumer, je dirais que Vala correspond à ce qu’il annonce: un langage haut niveau pour faciliter la création d’applications Gnome. Dès que l’on cherche à sortir de ce cadre, on se retrouve confronté à des limitations (qui ne sont bien sûr pas insurmontable) :

  • Pour ceux qui ne cherche pas à travailler sur du code Gnome, embarquement de bibliothèques qui ne nous intéressent pas forcément. (Bien que sur ce point, la GLib est plutôt standard sur les PCs ayant X d’installés)
  • Pour ceux qui cherchent un langage de haut niveau, le C est encore trop présent entre les lignes pour pouvoir l’oublier complètement. D’un autre côté, l’intégration du code C n’est pas toujours évidente puisqu’elle oblige à déclarer des bindings pour des fonctions standards.
  • Mais surtout, le fait que l’ensemble des fonctions de la libc ne soient pas encore disponibles oblige à mettre le doigt dans les bindings régulièrement.

Le langage est bien sûr encore amené à évoluer, et les points que je cite ici ne sont pas pour autant rédhibitoires. D’un point de vue totalement subjectif Je trouve le langage simple mais sans trop de saveur. Ça reste un langage objet qui n’est bien sûr pas révolutionnaire; on sent qu’il ne fait que reprendre les concepts des langages qui l’ont inspiré, mais le produit est cohérent, et d’après les benchs génère un code plutôt optimisé (en rapport avec le temps que l’on pourrait passer à produire le même code en C). Après, je ne prends pas le même plaisir à programmer en Vala qu’en python (j’avais bien dit que j’étais subjectif ^^). Cela dit, pour moi, qui ne suis pas un développeur Gnome, je suis plus intéressé par la possibilité d’avoir un langage haut niveau qui reste très proche du C, avec les performances qui vont avec; si le prix pour cela est une dépendance vers la GLib, ça reste un coût sommes toutes assez faible.

À lire aussi :

Commentaires :

  • Avatar
    egan 2010-06-12T10:11:42

    Est-ce que tu as regardé le langage Genie ? C'est comme Vala mais au lieu d'être basé sur la syntaxe C# c'est basé sur la syntaxe Python !
    Ce serait intéressant si tu faisais pour Genie une entrée de blog de présentation comme celle là.

    • Avatar
      Chimrod 2010-06-12T20:53:45

      Effectivement je ne me suis pas encore intéressé à Genie; Il faudrait que je regarde ça. Bien sûr la base restant la même, tout ce que je dit concernant la GLib, les bindings etc restent valables. Ce qui change concerne davantage la syntaxe du langage.

      Je retiens ta demande pour un article prochain.